Des études soulignent le rôle néfaste d’une grande consommation de viande rouge et de viande transformée dans l’apparition de certains cancers et des maladies cardiovasculaires. En cause la teneur en fer héminque, en phosphatidylcholine, choline et carnitine ainsi que le mode de cuisson des viandes favorisant la production de NFCs (Neo-Formed Contaminants) et de AGEs (Advanced Glycation Endproducts). Les viandes transformées apportent en plus du sel, du sel nitrité. Si la viande n’est pas à proscrire, elle doit être consommée avec modération.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de suivre votre navigation et de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que de réaliser des statistiques de visites.