2 minutes reading time (428 words)

Hier j'ai eu le plaisir de donner une conférence sur les graisses végétales et notamment sur un de mes aliments préférés : les fruits oléagineux. J'adore toutes les noix ; elles sont savoureuses et sont un concentré de nutriments essentiels. Peu d'aliments sont aussi denses nutritionnellement : graisses, protéines végétales, vitamines, sels minéraux, fibres, antioxydants et phytostérols. Des grandes études épidémiologiques ont prouvé que la a consommation quotidienne d'une poignée de noix réduit le risque de plusieurs maladies chroniques, comme les maladies cardiovasculaires et certaines formes de cancer.

Mais quand je conseille de consommer régulièrement des noix, je rencontre presque toujours la même résistance : « C'est peut-être bon mais elles sont si grasses qu'elles font grossir ».

C'est vrai que les fruits à coque sont gras. Mais en dépit de leur haute teneur en matières grasses (entre 50 et 75 % de graisses), les études transversales et d'observation n'ont pas trouvé de lien avec une prise de poids. Une alimentation contenant des noix (30 à 100g/ j) n'augmente ni le poids corporel, ni l'indice de masse corporelle et ni la circonférence de la taille.

Mais alors pourquoi ne font-elles pas grossir ?

Cela est attribué à différents mécanismes :

  • Les noix ont un haut effet de satiété dû à leur teneur en fibres et protéines. C'est-à-dire que lorsque nous consommons des noix, nous mangeons moins aux repas suivants.
  • La graisse des noix n'est pas complètement absorbée. Nous ne les mâchons pas suffisamment et donc nous perdons des graisses (environ 5% à 15% de l'énergie) dans les selles.
  • Les noix ont une influence sur le métabolisme énergétique. Selon des études la consommation de noix demanderait plus d'énergie pour la digestion et augmenterait également le métabolisme de base.


Maintenant plus rien ne vous retient de croquer dans des noix !

  • Manger une poignée par jour (20-30g) d'amandes, noisettes, noix de Grenoble, noix de cajou, noix de pécan, noix du Brésil, noix de macadamia, pignons de pin, pistaches, cacahuètes.
  • Les consommer sous différentes formes : natures avec un fruit, grillées dans une salade, mixée dans un pesto, en granola dans un birchermüesli, dans un muffin ou en beurre de noix.


Jackson CL, Hu FB. Long-term associations of nuts consumption with body weight and obesity. Am J Clin Nutr 2014 ; 100 (Suppl.1): 408S-411S.

Flores-Mateo G, et al. Nut intake and adiposity: meta-analysis of clinical trials. Am J Clin Nutr. 2013;Jun;97(6):1346–55.

Tan SY et al. A review of the effects of nuts on appetite, food intake, metabolism, and body weight. Am J Clin Nutr. 2014 Jul;100 Suppl 1:412S-22S.

Alper CM, Mattes RD. Effects of chronic peanut consumption on energy balance and hedonics. Int J Obes Relat Metab Disord. 2002; 26(8):1129-1137.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de suivre votre navigation et de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que de réaliser des statistiques de visites.