2 minutes reading time (419 words)

La première fois que j'ai entendu parlé des maltodextrines c'était en milieu hospitalier. Elles servaient à enrichir les plats des personnes dénutries. Depuis elles ont pris leur place, parfois de manière excessive dans les préparatifs pour sportifs. Elles se trouvent dans les boissons de recharge glycogénique (les "maltos") ainsi que dans les boissons de l'effort. Elles ont pour avantage d'avoir un goût neutre et peu sucré et de ne provoquer ni aigreurs ni troubles digestifs. Les boissons à base de maltodextrines ont un goût moins écœurant et sont donc consommées plus facilement.

Les maltodextrines sont des poudres de sucre. Elles sont composées d'un mélange de différents sucres résultant de l'hydrolyse de l'amidon de maïs, de blé ou de pomme de terre. En fonction du degré l'hydrolyse appliquée pour la fabrication (cf tableau ci-dessus), il peut exister de nombreuses maltodextrines différentes avec un Dextrose Equivalent (D.E.) allant de 1 à 19 et pouvant avoir des effets différents. Le D.E. des maltodextrines est donc important à vérifier mais aussi parfois difficile à obtenir, car il n'est pas toujours transmis par les fabricants.

La plupart des produits pour sportifs contiennent des maltodextrines avec un D.E. de 15 à 19 bien qu'il en existe avec un D.E. bien inférieur. Ces maltodextrines avec un D.E. élevé sont composées de sucres à index glycémique très élevé qui provoquent un pic glycémique suivi par un pic d'insuline et peuvent par conséquent causer des hypoglycémies réactionnelles.

Conseils

Avant une épreuve

  • Aux repas ou aux collations les maltos ne doivent pas remplacer les vrais aliments riches en glucides complexes et en substances nutritives.
  • Dans la phase de mise en réserves de glycogène en pré-compétition (régime carboloading) elles permettent de compléter les apports élevés en glucides mais doivent être prises durant les repas. Si ce n'est pas le cas mieux vaut consommer une maltodextrine dont le D.E. est faible afin d'apporter des glucides sans augmenter trop fortement la glycémie. Grâce à leur goût neutre elles peuvent être incorporées dans des préparations salées ou ajoutées simplement dans de l'eau.


Pendant une épreuve

  • Pendant la période d'attente il est plus prudent d'éviter de prendre une boisson à base de maltodextrine étant donné le risque d'hypoglycémie réactionnelle ou vérifier que le D.E. soit bas !
  • En plein effort un apport de glucides de nature différente (rapide et progressive) permet de maintenir une glycémie stable et ainsi de limiter les risques d'hypoglycémie. C'est pourquoi une boisson de l'effort doit contenir du dextrose, fructose et maltodextrine. Cependant l'utilisation de maltodextrine est surtout justifiée lors d'activités d'endurance supérieures à 2-3 heures. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de suivre votre navigation et de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que de réaliser des statistiques de visites.